500 Caïques
Recherchez !

RIVIERA & CORSE : UNE CROISIERE DE PRESTIGE : 2 GOELETTES DISPONIBLES

PRESENTATION DE LA DESTINATION FRANCE :

Comme on peut le voir sur la carte ci-en bas, il y a autant de beaux mouillages en Corse que sur toute la côte d'Azur ! Les plaisanciers qui affluent en saison sur l'île de beauté ne s'y sont pas trompés. Concédons qu'il y a tout de même des zones magnifiques sur la riviéra comme les îles du Lérins ou les îles de Porquerolles et port Cros au large d'Hyères. Mais en une semaine, on trouvera davantage son bonheur en louant directement en Corse. Les départs se font essentiellement d'Ajaccio, de Bonifacio ou de Porto Vecchio. Sur l'île de beauté, inutile d'en faire le tour pour apprécier toute sa splendeur. La côte Est est assez plate et moins intéressante, la navigation s'arrête à Porto Vecchio avant de remonter par le versant Ouest vers Ajaccio en passant par Bonifacio. Plus au Nord, les mouillages sont également somptueux avec Porto, Girolata, Calvi, etc. On appréciera l'amabiance cosy des petits restaurants de baie ou de montagne.

VENTS EN CORSE : La TRAMONTANE (15 % du temps) est un vent froid et sec du nord, surtout d'hiver. Il peut être engendré par un très gros anticyclone de Sibérie ou par une dépression sur le centre de l'Italie. Le MAESTRALE (5 %) est issu du Mistral provençal. Il est sec et violent en été (rafales — il lève la mer très fort sur la Balagne), et apporte la pluie l'hiver. Le LIBECCIU (60 %), de l'ouest ou sud ouest, apporte chaleur et pluie aux versants exposés à l'ouest, pour être ensuite ressenti comme plus froid et sec à l'intérieur de l'île. Il apparait après la tramontane et le mistral dont il dérive souvent. Le Ponente (2 %) vient aussi de l'ouest. Le SIROCCO (15 %), venant d'Afrique du Nord, sec et chaud, chargé de poussières du désert saharien. Le LEVANTE (2 %) vient de l'est, et le Grecale (2 %) plutôt du nord-est. À tous ces vents, il faut ajouter les brises de mer et de terre qui jouent ou ont joué un rôle important : l'AMBATA, la brise de mer, un vent frais du large soufflant surtout l'été, entre 10 et 16 heures ; il a pour synonymes marinu, mezudiornu ; le TERRANU, la brise de terre nocturne ; il était utile aux siècles derniers, aux voiliers pour leur permettre de gagner le large ; on l'appelle aussi muntese ou muntagnolu.

BATEAUX EN EXCLUSIVITE SUR CETTE ZONE EN 2017